TOUT SAVOIR SUR L'ACTUALITÉ PHOTO ET VIDÉO

Ces 10 objectifs Canon RF qui me font rêver !
ces-10-objectifs-canon-rf-qui-me-font-rever


Photo : Jean-François Vibert.

Alors que le printemps s'annonce doucement et que les photographes se languissent de remettre leurs sens en éveils à son contact et de reprendre la photo dans la nature ou dans la rue, c'est le bon moment de vous parler de nos « 10 objectifs coup de cœur » chez Canon. Jean-François Vibert, photographe professionnel, les à testé pour nous. Voici son point de vue d'expert sur ces objectifs sélectionnés dans la gamme Canon RF, destinée aux hybrides EOS R :

J-F V : Ex-utilisateur de reflex Canon EOS ; je suis passé aux Canon EOS R et EOS R6 en 2019. J’ai conservé quelques rares objectifs EF que j’adapte parfois sur la bague EF / RF. Comme ce rarissime EF 28 mm f/2.8 IS USM datant de 2012, qui est l’un des objectifs EF les plus compacts de l’histoire de cette gamme inaugurée dès 1987. Toutefois, l’appel des nouveaux objectifs RF est désormais irrépressible !
Je me rééquipe donc progressivement avec cette nouvelle génération high-tech, inaugurée en 2019. Ces objectifs full frame sont toujours meilleurs, plus réactifs, plus innovants et surtout plus « créatifs ». Ils m’enchantent à chaque fois que je les touche et à chaque fois que j’ouvre mes RAW dans Lightroom, qui propose des profils de correction, spécifiques à la plupart des objectifs RF.

Je suis enthousiasmé par cette gamme RF qui est fantastique : autant du côté des petits objectifs légers et pas chers (même si leur nombre est encore limité), comme ce minuscule grand angle RF 16 mm f/2.8 STM que l’on trouve aux alentours de 350 €... Que du côté des objectifs Professionnels (certes coûteux), qui font toujours la différence avec les images produites par des objectifs standards. Comme ce RF 85 mm f/1.2 qui fait rêver les portraitistes et qui est le plus incroyable 85 jamais conçu... Et c’est justement pour ces objectifs « Série L » exceptionnels et incomparables, que majoritairement les photographes « pro » choisissent Canon...
 

Objectifs en monture RF chez Digixo I Objectifs Canon en monture RF chez Digixo

Je vous propose donc une visite guidée de ceux qui me font rêver. Vous allez voir qu’il y en a pour tous les goûts et tous les budgets : je possède d’ailleurs quelques objectifs peu coûteux, car tout comme vous : j’achète moi-même mon matériel ! J’ai classé ces 10 merveilles par ordre de priorité en quelque sorte : pour mon utilisation personnelle qui va de la photo de voyage, à de la street photo, avec un peu de portraits et parfois un peu de Macro... Mais bien entendu, les priorités d’un autre photographe seront éventuellement assez différentes.
 

1 - Le RF 24-105 mm f/4 L IS USM, le zoom à tout faire performant

 

 

Cet excellent zoom trans-standard est en quelques sorte la pierre angulaire du système RF : la « jeep à tout faire » qui a été présenté en même temps que le premier EOS R en 2019. Autant dire que Canon a particulièrement soigné sa conception : vous ne pouvez pas vous tromper. Le RF 24-105 mm f/4 L IS USM est probablement le meilleur de sa catégorie, sans être trop lourd ni encombrant. Il intègre une stabilisation performante qui travaille avec le capteur stabilisé des EOS R5 et R6. Il marque les esprits par des progrès dans tous les domaines face aux anciens EF 24-105 pour reflex (rappelons que Canon a été l’inventeur du concept de 24-105 en 2005, avec un premier modèle destiné à l’EOS 5D).

Que vous soyez équipé de 20 ou de 45 Mpixels, le piqué du RF 24-105 mm est excellent et réparti de façon homogène à toutes les focales. Bien évidement Lightroom propose un profil d’amélioration automatique des fichier RAW pour le vignettage et la distorsion. Et si vous shootez en JPEG : c’est le processeur de l’appareil qui améliore « à la volée » les images de ce zoom, comme c’est le cas pour la plupart des objectifs RF. Bien entendu, il existe aussi un RF 24-70 mm f/2.8 L encore plus performant, qui est plus lourd et plus cher comme le sont obligatoirement tous les zooms professionnels ouvrant à f/2.8 « constant ». Mais ma philosophie personnelle est la suivante : je préfère acquérir des zooms intermédiaires ouvrant à f/4, de préférence aux zooms à f/2.8 constant. Et quand c’est nécessaire sur le terrain, je compense ce « manque » d’ouverture (relatif), à l’aide de quelques objectifs fixes lumineux, peu coûteux, légers et bien choisi.

Par exemple mon minuscule RF 50 mm f/1.8 « pancake » : qui sera toujours plus lumineux que n’importe quel zoom ouvrant à f//2.8... Et comme il est ultra léger, je n’oublie jamais de le glisser dans mon sac. Même chose pour mon RF 35 mm f/1.8 Macro IS STM. Mais bien entendu : je sais que la philosophie en photo, c’est chacun la sienne.

 

2 - Le RF 16 mm f/2.8 STM, un ultra grand angle « de poche » compact et pas cher

Voilà des années que l’on espérait un tel Grand angle, léger, compact et accessible. C’est le programme de ce RF 16 mm f/2.8 STM « pancake », annoncé à moins de 350 €. C’est la très bonne surprise de la fin 2021.
Ce prix le met à portée de tous, que l’on soit adepte de street photo, de paysage, ou même blogueur vidéo (car on peut se filmer avec sans perche à Selfie). Avec 165 gr et seulement 6,9 cm de longueur, pour 4 cm de diamètre : il ravira les photographes et vidéastes voyageurs. Y compris équipé de son discret pare-soleil EW-65C (non inclus dans la boite). Le piqué au centre est bon, mais si l’on tient absolument à ce que les bords soient très nets : alors il faudra fermer le diaphragme jusqu’à f/4 ou même f/5.6. Bien qu’il ne soit pas parfait : ce mini grand angle est incroyablement pratique : un « must » qui intègre obligatoirement mon fourre-tout...

On apprécie son grossissement de 0.26x qui en fait un outil très créatif, avec une distance de mise au point réduite à seulement 13 cm. Le diaphragme comporte sept lamelles et le diamètre de filtre est 43 mm. Il n’est pas tropicalisé, mais comme il est minuscule on peut l’abriter sous sa veste. Vignettage et distorsions sont corrigés en RAW par un profil dans Lightroom Classic. Les JPEG sont corrigés à la volée dans l’appareil, comme sur la plupart des objectifs RF. Les ingénieurs préfèrent se reposer sur la correction logicielle pour ce type d’objectif, ce qui laisse davantage de souplesse dans la conception d’objectifs performants, plus compacts et moins chers tout en offrant des focales inédites. Le photographe est gagnant avec un sac plus léger au final !

 

3 - Le RF 100-400 mm f/5.6-8 STM, notre télé-zoom compact préféré


Par sa compacité, par sa légèreté et par son prix : ce télé-zoom innovant sorti fin 2021 est totalement « unique en son genre ». Je n’avais jamais essayé un 100-400 aussi léger et l’utiliser sur un boîtier stabilisé comme l’EOS R6, m’a procuré énormément de plaisir. Je l’ai notamment adoré pour de longues balades urbaines : un environnement qui n’invite pas habituellement à transporter une aussi longue focale. Et pourtant : au 400 mm on voit la ville sous un autre angle. La compression des perspectives est un régal pour le photographe amateur de « graphisme ». Sans oublier les « photo volées » dans l’espace public...

Avec le RF 100-400 mm f/5.6-8 STM, Canon a su exploiter, les caractéristiques spécifiques à la plateforme RF. Qui permettent de rapprocher la lentille arrière du capteur afin de concevoir un type de zoom inimaginable auparavant. Ainsi on obtient grâce à cette monture une combinaison inédite de plage focale, de poids, taille et qualité optique. Tout en maintenant un prix raisonnable. C’est exactement le genre d’objectif qui démode les reflex, relire notre article : Adopter les hybrides EOS R, ou rester fidèle aux reflex EOS ?
Il ne faut pas être effrayé par son ouverture relativement modeste de f/8 au 400 mm. Car la combinaison de la stabilisation du capteur et de l’objectif, permettent d’abaisser votre vitesse minimale d’obturation. Et par ailleurs les performances du capteur des EOS R5 et EOS R6 autorise à monter davantage la sensibilité. De toutes façons : pour obtenir un 400 mm dans une enveloppe physique aussi « contrainte » il faut bien admettre quelques concessions... Car tout le monde n’a pas forcément les moyens de craquer pour le RF 100-500 mm f/4.5-7.1. Voilà pourquoi j’ai adoré ce zoom totalement inédit, que je vous recommande chaudement : il entre sans problème dans mon top 10 !

 

4 - Le RF 85 mm f/2 STM Macro, notre petit objectif à Portrait préféré

 

Si vous rêvez de progresser en portrait sans vous ruiner : foncez sur le RF 85 mm f/2 IS STM que je décrirai comme « bon marché » vu sa qualité d’image et d’autres caractéristiques qui me séduisent beaucoup... Je n’hésite pas à le recommander, tout en restant « un fan absolu » du fabuleux RF 85 mm f/1.2 L DS (dont je parle plus loin) que je loue généralement... Par contre, je possède un RF 85 mm f/2. Il est admis que le 85 mm est « l’objectif du portraitiste » car cette focale présente le « bon compromis » entre longue focale (qui améliore la géométrie des visages), ouverture maximale (pour le bokeh), prix d’achat et poids raisonnable en main (agréable lors de séances de pause un peu longues). Typiquement s’il s’agit de photographier quelqu’un chez lui, ou sur son lieu de travail : opter pour une focale au-delà de 100 mm peut entrainer davantage de contraintes (manque de recul, poids et prix) que cela n’apporte d’avantages (effectivement le bokeh augmente lorsque l’on allonge la focale. Mais cela coute de plus en plus cher).
Sans oublier l’équilibre délicat qu’un bon 85 mm doit trouver entre le piqué (en plus des autres qualités optiques) et la distance minimale de mise au point (qui doit rester aussi courte que possible). En effet : plus elle est courte et plus on peut augmenter le « bokeh ». Un bon 85 mm doit faciliter le travail du photographe, qui parfois éprouve des difficultés à positionner son modèle dans une pièce manquant de recul (en évitant de le coller contre un mur ce qui n’est pas toujours idéal).

Une courte distance de mise au point est donc vitale en intérieur : car on ne choisit pas toujours son décor. C’est pour cela que j’adore ce petit RF 85 mm f/2 IS STM, bien que son autofocus ne soit pas très impressionnant (un point faible). Toutefois je lui pardonne car il reste léger, propose une ouverture de f/2, un joli bokeh, combiné à une distance minimale de 35 cm et à la stabilisation embarquée qui se combine avec celle du capteur. Finalement, une combinaison rare, qui sera même adapté à un peu de photo culinaire.

 

5 - Le RF 14-35 mm f/4 L IS USM, un zoom Ultra Grand angle de reportage

 


Depuis quelques décennies déjà, les zooms UGA (pour Ultra-Grand-Angle) 16-35 mm f/2.8 et désormais 15-35 mm f/2.8; sont devenus incontournables dans l’équipement des photographes de presse, de sport, d’architecture, ou de voyage. Et si seulement ils étaient moins coûteux : ces « UGA » intéresseraient aussi beaucoup de photographes amateurs ayant adopté le Full Frame (signalons en passant le très classique zoom « 10-22 mm » qui est l’équivalent du classique 16-35 mm sur les appareils à capteur APS-C).

Dans le cadre d’une utilisation loisir, tout le problème des zoom « pro » à f/2.8 : est leur poids et leur taille : parfois décourageante. Heureusement ils sont systématiquement « déclinés » en version f/4 moins lumineuses. Toutefois on pointera un argument en leur faveur : les progrès fantastiques des capteurs récents (notamment sur les EOS R6 et EOS R5), qui sont capables de supporter des valeurs ISO de plus en plus élevées (et le seront de plus en plus encore dans le futur). Il est donc devenu moins vital de disposer d’un zoom ouvrant à f/2.8. D’autant qu’il suffit d’emporter un petit objectif fixe à f/1.8 (ultra léger et peu coûteux comme le RF 35 mm ou le RF 50 mm) pour faire face aux rares situations, nécessitant absolument une très grande ouverture (du moins si vous vivez plutôt de jour et dormez la nuit, ce qui est mon cas).
Personnellement au fur et à mesure que j’avance en expérience et en âge (je fais de la photo professionnellement depuis les années 90) et que ces versions « intermédiaires à f/4 » progressent : j’ai donc fini par les préférer systématiquement. C’est par exemple le cas du RF 70-200 mm f/4 L IS USM qui est mon zoom professionnel préféré (lire plus loin). Et c’est aussi le cas de ce nouveau RF 14-35 mm f/4 L IS USM, que je trouve éblouissant, ultra pratique et ultra créatif. Lire mon test terrain ici. Il combine un angle de champs exceptionnel, un excellent piqué au centre, un poids léger et une taille inédite pour une telle plage focale. Et dans la tradition Canon : encore une très courte distance de mise au point, qu’il faut saluer. Distorsions et vignetage (considérables sur les fichiers RAW bruts) sont parfaitement corrigés dans Lightroom Classic. Quant aux JPEG, ils sont comme d’habitude corrigés à la volée dans le boitier... Et si malheureusement ce zoom plutôt ambitieux ne rentre pas dans votre budget, alors pensez à son cousin éloigné : le minuscule RF 16 mm f/2.8 STM : l’ultra grand angle de poche idéal.

 

6 - Le RF 50 mm f/1.2 L IS USM, un 50 mm ultime qui « fait la différence »

 

 

Comme les commandes photo ont été plus rares en 2021, j’ai eu le temps de soigner mes images... Et j’ai tenu à fournir des images exceptionnelles afin de « bluffer » mes clients pour être certain de les conserver. Pour un shooting publicitaire, j’ai donc loué le RF 50 mm f/1.2, et le RF 85 mm f/1.2 DS. Car les deux font la paire, et selon l’arrière-plan, le recule disponible, ou selon le modèle : je préfère utiliser l’un ou l’autre. Ces deux objectifs ont produit « l’effet wahou » espéré sur mes clients les plus exigeants ! Ces deux « prime f/1.2 » sont incroyables : ils font la différence et permettent à un professionnel de se distinguer de ses confrères, qui utilisent du matériel plus banal. Je l’ai constaté moi-même et désormais je ne ferais plus de shooting pro sans disposer d’au moins l’un des deux. Suite à cette expérience, j’ai même revendu (un peu à regret) mon précédent EF 85 mm f/1.4 L IS (le modèle de 2017 pour reflex) qui pourtant était exceptionnel.

Le plus difficile sera de choisir entre le 50 et le 85 : car vu leur prix il sera difficile à de nombreux photographes d’investir dans les deux. Ma préférence irait au 85 mm car l’effet "whaou" est plus sensible encore. Mais il est moins polyvalent et plus délicat à utiliser à grande ouverture : shooter systématiquement à f/1.2 est tentant mais exige de l’attention. Car la profondeur de champs au 85 mm est très mince à f/1.2.
Heureusement les progrès de l’Autofocus des EOS R ont étés si impressionnants (notamment grâce aux mises à jour), que pour 80% des situations je me repose désormais entièrement sur le suivi Auto des yeux et visages : en Mode Ai Servo avec Tous collimateurs Actifs. Je fais entièrement confiance à l’AF et cela à révolutionné ma façon de travailler. J’oublie la question de l’AF et me concentre exclusivement sur le cadre, le modèle, la lumière et la simplicité de l’arrière-plan (un détail souvent négligé par les débutants)

 

7 - Le RF 70-200 mm f/4 L IS USM, notre télé-zoom professionnel préféré

 


Lors de son annonce, j’avais deviné que cet objectif incroyablement innovant me serait indispensable. Oui, ce RF 70-200 mm f/4 L IS USM est un « game-changer » et semble justifier (à lui seul ou presque), l’abandon des reflex EOS pour adopter la nouvelle gamme d’hybrides EOS R. Relire mon test terrain ici.

Voici un zoom incroyablement innovant : le premier et le seul à offrir une telle compacité grâce aux caractéristiques de la monture R. Du coup, on peut considérer que les promesses concernant le passage aux hybrides Full Frame sont tenues. Les utilisateurs potentiels d’un 70-200 (qui sont nombreux dans divers domaines) auront donc intérêt à passer en monture RF. Que ce soit pour ce RF 70-200 mm f/4, ou pour sa version "pro" à f/2.8 (qui est également enthousiasmante quoique moins disruptive finalement).
Sa prise en main est fantastique grâce à un centre de gravité reculé et la stabilisation : incroyable d'efficacité. L'Autofocus est une merveille dans un silence parfait. La qualité d'image est au rendez-vous avec un excellent piqué, très peu de défauts et une distance minimale de mise au point de seulement 60 cm : un record pour ce genre d'objectif, qui augmente encore sa polyvalence grâce à de meilleurs "gros plans".
Toutefois, tout n'est pas 100% parfait, notamment en regard d’un prix d’achat relativement élevé... On regrette notamment l'absence de compatibilité avec le multiplicateur x1.4... Ou l'absence de collier de pied, que l'on peut toutefois pardonner car l'objectif est très court et léger. Pourtant, je vous le recommande très vivement car ce RF 70-200 mm f/4 L IS USM est le meilleur que j'ai pu essayer. C'est vraiment ce type d'objectifs exceptionnels qui permettent d'élever le niveau de votre production photo.

De par son prix il ne s'adresse certes pas à tous les publics. Par contre : tout le monde (y compris un vrai débutant) sera en mesure d’exploiter ses immenses qualités : il rend l'utilisation d'une telle focale beaucoup plus facile qu’avec un reflex. Du coup les débutants ne resteront pas "débutants" très longtemps.

 

8 - Le RF 600 mm f/11 IS STM, l'incroyable super-télé ultra léger


Indéniablement les RF 600 mm f/11 et RF 800 mm f/11 sont des « mutants » ! Voilà une nouvelle race de téléobjectifs : incroyablement compacts, légers et peu coûteux... Ils n’existent que grâce à la combinaison étonnante de la technologie DO (à lentilles de diffractives), de la visée électronique et de caractéristiques propres à la monture RF (qui autorisent une souplesse inédite dans la conception des objectifs).

Connaissant la technologie des reflex et des téléobjectifs « blancs » : jamais il n’aurait été possible de se promener en ville : avec un 600 mm de moins de 1 kg tenu à bout de bras... Déjà pour une première raison simple : la visée optique aurait été trop sombre. Tout cela est devenu possible en 2020 : un RF 600 mm f/11 IS STM qui n’est pas plus encombrant qu’un gros 70-200 mm f/4 et plus léger que la plupart des 70-200 mm f/2.8... De quoi faire des photos différentes... Ce RF 600 mm f/11 IS STM me semble donc adapté pour faire du safari animalier en journée. Pour des oiseaux, mais aussi pour les sports nautiques, la voile (sur un bateau il faut rester léger), le surf… Ou encore les sports d’équipe en extérieur par beau temps (je connais des mamans qui désirent photographier leurs enfants sur un terrain de foot). Dans tous ces cas : un peu plus de profondeur de champs (f/11) ne sera qu’un avantage... Et pas vraiment un souci (ne redoutez pas son ouverture fixe de f/11, car les capteurs Full Frame des hybrides récents « encaissent » beaucoup mieux la montée en ISO). Sans oublier la course automobile ou l’aviation : car on n’a pas systématiquement besoin de vitesses trop rapides dans ces domaines. Souvent on aime conserver les roues des voitures ou les hélices « un peu floues » afin de retranscrire la sensation qu’elles tournent.
Le grand reporter Robert Capa disait : « si ta photo n’est pas assez bonne, c’est que tu n’étais pas assez près ». Moi j’ajouterai avec pragmatisme : « mieux vaut un 600 mm f/11, que pas de 600 mm du tout ».
 

 

9 - Le RF 24-240mm f/4-6.3 IS USM, un zoom polyvalent pour la randonnée

 


Il est vrai que s’il ne fallait en posséder qu’un, ce RF 24-240 mm f/4-6.3 IS serait peut-être le choix de beaucoup de photographes voyageurs, davantage passionnés de voyage que de matos. Je me vois bien partir trois semaines en Asie, avec ce RF 24-240 mm et seulement un RF 16 mm f/2.8 en complément. Ces deux objectifs forment une équipe à peine croyable : jamais il y a dix ans je n’aurais osé imaginer voyager avec un sac photo aussi léger... Mais couvrant une plage focale aussi large. Entre ces deux extrêmes complémentaires, reconnaissons que la gamme Canon RF est audacieuse et très surprenante.
Ce zoom enchaine les points forts : une Plage focale de 10x. Une mise au point Nano USM quasi silencieuse. La stabilisation d'image jusqu’à 5 stops. La retouche manuelle de la Mise au point possible à tout moment. La Bague de contrôle personnalisable. Et bien entendu son poids plume de seulement 750 g.

Ma philosophie de la photo en voyage, serait la suivante : un zoom doit rester le plus léger possible et peu importe son ouverture… Car lorsque j’utilise mon zoom : ce n’est pas pour travailler à f/2.8 mais juste pour exploiter sa souplesse de cadrage. Seconde évidence : si l’on a économisé du poids et de l’argent en choisissant un zoom léger et compact, alors on peut s’offrir par exemple un petit RF 85 mm f/2 à grande ouverture. Ou alors, un minuscule RF 50 mm f/1.8. Deux objectifs très peu couteux qui malgré tout seront bien plus lumineux que n’importe zoom professionnel encombrant et lourd, car ouvrant à f/2.8... Pensez-y.
Cette combinaison d’un zoom ultra polyvalent (mais peu lumineux) avec deux ou trois objectifs fixes très légers (et à grande ouverture) : me permet de profiter du meilleur des deux mondes. La grande polyvalence du zoom d’une part... Et la grande luminosité d’objectifs fixes (à prix serré), d’autre part.

 

10 - Le RF 24-105 mm f/5.6-8 IS STM : incroyablement efficace et peu coûteux

 

 

Si vous cherchez un « ticket d’entrée » peu coûteux afin d’accéder au monde des objectifs RF : alors craquez pour le kit du Canon EOS R6 ; ou du premier EOS R : incluant le RF 24-105 mm f/5.6-8 IS STM... Mais oui : l’EOS R reste toujours un excellent appareil : il suffit d’apprendre à l’apprivoiser (vous trouverez des conseils pour personnaliser son ergonomie dans mon test du Canon EOS R et du RF 35 mm f/1.8 IS). J’ai moi-même acheté ce zoom RF 24-105 mm f/5.6-8 IS STM, pour partir en voyage « léger » à la Réunion l’été dernier. Et pas une seconde je n’ai regretté mon achat ! Vraiment je vous assure... Je l’ai d’ailleurs recommandé à plusieurs de mes amis qui ont tous confirmé mon avis à son sujet : minuscule, léger, pratique... Très étonnant au final, bien qu’il soit très peu lumineux c’est vrai.
Je l’ai utilisé de façon intensive, autant avec le Canon EOS R qu’avec le Canon EOS R5 : il s’est avéré tout à fait efficace et suffisamment piqué à mon goût. Y compris pour exploiter les 45 Mpixels de l’EOS R5. A seulement 499 € : ce RF 24-105 mm f/4-7.1 IS STM est le moins cher de tous les zooms RF. Et à ce titre, il vaut le détour. Notez que pour ce prix, le pare-soleil n’est pas inclus (de type EW-73D de 15 à 49 €).
Cet objectif propose des qualités insoupçonnées, que son prix serré ne laisse pas deviner. Il propose un excellent piqué au Centre : à toutes les focales et toutes les ouvertures. Et une distance de mise au point extrêmement courte, ce qui ouvre de larges possibilités créatives. Sans oublier son poids plume de seulement 395 gr, ce qui est un avantage incomparable en randonnée en montagne. Acheté, testé et validé !

 

Cet article à été rédigé par Jean-François Vibert,
un de nos photographes partenaire.

 

Dernière mise à jour le 27/09/2022

Réagissez !

Votre email ne sera pas visible

Commentaires

Il n'y a pas eu de réaction sur cet article. Soyez le premier à réagir !

Top