TOUT SAVOIR SUR L'ACTUALITÉ PHOTO ET VIDÉO

Test du TTartisan 90mm f/1.25
test-du-ttartisan-90mm-f125

L’opticien Chinois TTartisan, établi à Shenzen, commence à faire son nid parmi les firmes capables de nous épater. En effet, cette fois nous allons prendre en main un tout nouveau caillou, ultra lumineux, dédié au principalement portrait : son 90mm f1,25 s'il vous plaît !

Conditions du test :
90mm en monture Fuji GF, utilisé sur les Fuji GFX 50S.
Trépied Carbon Benro
Traitement des images sur Adobe Lightroom (couleurs, netteté, courbes, etc. Par souci de véracité le vignettage n’a pas été corrigé).

Le déballage (unboxing si vous préférez) est un moment très sympa. L’objectif est livré dans une très jolie boîte grise et noire, accompagné d’une carte de garantie et d’une notice (en chinois), et surtout, d’un magnifique combo pare-soleil/bouchon. Il s’agît d’un duo car le bouchon en métal ne se visse que sur le pare-soleil, monté à l’envers sur le caillou. Le pare-soleil, en métal également, se visse sur la pas de filtre (en 77mm). En revanche, cette fois, TTartisan n’offre pas d’étui souple.
Pour réaliser le test nous avons shooté en mode 24x36 sur le Fuji GFX50S (2:3 à 30MP) et en Moyen-Format natif (4:3 à 51,1 MP).

A l’origine, cette optique est conçue pour convenir aux capteurs plein format et est disponible dans les montures Leica M, Sony-E, Canon RF, Nikon Z, L (Panasonic, Sigma et Leica), mais dans certains cas, elle couvre les cercles d’images des capteurs MF Hasselblad et Fuji GFX en 33x44mm, avec  certaines limites de vignettage bien sûr.

 

LE PIQUÉ
Ca pique très bien, c’est beau, net, sans tout arracher comme un Sigma Art par exemple. Mais pas à f1,25, là c’est soft de chez soft, ça monte gentiment à f1,4, et c’est très bon à partir de f2, et ça reste très satisfaisant jusqu’à f11. A f16 ça baisse un peu, et c’est tout à fait logique. Notre conseil : Shootez à f4 ou f5,6, vous obtiendrez du piqué, une profondeur de champs suffisante pour du portrait, et le bokeh reste très beau.

LE BOKEH
Absolument superbe et c’est pour lui qu’on décide de s'offrir un tel objectif. Le sujet se détache très bien du fond, et ce, même en fermant pas mal le diaphragme (f8 par exemple) grâce à son diaphragme à 10 lamelles.

LES ABERRATIONS CHROMATIQUES
On a eu beau chercher, pas trace d’aberrations chromatiques, et même à pleine ouverture, bien joué !

LE VIGNETTAGE
En moyen-format, il s’avère assez déstabilisant. Il est très marqué à f1,25, f1,4, se fait plus léger à f2, puis devient imperceptible à f2,8, mais revient en force à f11 et f16. Pour y remédier, vous pouvez au choix :

Recadrer en 5/4ème

Recadrer en 1/1ème

Recadrer en 16/9ème

Recadrer en 24/65ème

Shooter sur fond sombre

Utiliser des filtres OMNI

Shooter sans pare-soleil

Ou le corriger en post-production

En moyen-format uniquement, il faudra choisir entre utiliser le pare-soleil et éviter le flare. Ou accepter le flare et réduire le vignettage. En plein format, il est invisible à partir de f1,4. Vous pouvez donc déclencher selon vos envies et vos besoins.

 

LA DISTORSION
C’est un court télé-objectif, 90mm en plein-format et équivalent à un 72mm en moyen-format, donc pas de souci à se faire de ce côté, la distorsion en barillet se fait assez discrète.

UTILISATION
Le diaphragme est cranté par ½ valeur, son bruit est discret, dans un esprit très Leica. La mise au point, manuelle, est très ferme, et court de 1mètre à l’infini.
Cette distance minimale sera un peu courte pour les plans serrés, il vous faudra investir dans une bague-allonge ou un filtre close-up, pour les réaliser. Le focus-peaking sera votre meilleur ami, sans lui faire la mise au point est quasiment impossible à réussir.

Et la profondeur de champs est si courte dans les grandes ouvertures, que nous vous conseillons très grandement de shooter sur pied, avec un sujet qui joue le jeu, on oublie clairement les images très vives, les mômes qui cavalent, le chien qui court…son job, et c’est déjà du boulot, est de faire de beaux portraits posés (ou des fleurs, des arbres, des bâtiments, bref, du statique).
Petit rappel : l’objectif ne comporte aucun contact électronique, donc pas de transmission de l’ouverture du diaphragme, pas de TTL et flash

La finition est exemplaire tout en verre et métal, pour ce beau bébé de 1kg (1033 à 1055g selon les montures). La monture en laiton est ultra épaisse, aucun jeu n’est possible entre l’optique et l’appareil. L’objet est massif, lourd, il vaut mieux shooter sur pied et tranquillement mais cela en vaut le détour tant les résultats sont excellents. Une superbe alternative aux très coûteux télé Leica M, Fuji GFX, et un plaisir d’utilisation bien sensuel qu’une optique AF.

 

Cet article à été rédigé par Wilfried-Antoine Desveaux​,​​​​​​
un de nos photographes partenaire.

Dernière mise à jour le 27/09/2022

Réagissez !

Votre email ne sera pas visible

Commentaires

Il n'y a pas eu de réaction sur cet article. Soyez le premier à réagir !

Top